Brigitte Bulard Cordeau - Médias

 

Traduction interview BBC pour le Financial Times Deutschland

 

 

 

« Je voulais des ingrédients qui rendent un homme plus viril »


Brigitte Bulard Cordeau a rassemblé plusieurs recettes de sorcières dans un livre. Elles ne sont pas seulement bonnes, mais aident aussi à envoûter et attirer les hommes.

 

Financial Times Deutschland : Ce dessert est-il pour moi ? Ne voudriez-vous pas m’ensorceler par hasard?

 

Brigitte Bulard Cordeau : Non, non mais ayant écrit un livre de cuisine, je souhaitais préparer quelque chose pour cette interview. Ne vous inquiétez pas, ce dessert n’aura aucun effet secondaire, il est tout simplement bon.

 

FTD : Nous entrons d’ores et déjà dans le vif du sujet : les recettes de sorcières ne sont-elles pas connues pour avoir un goût détestable ?

 

BBC : Au contraire, elles sont délicieuses. Pour preuve, mon livre a même fait l’objet de présentations dans des journaux spécialisés en cuisine destinés aux gourmets. Je voulais vraiment écrire un livre, que l’on puisse prendre au sérieux, et non faire un recueil imbuvable de fausses recettes. Les quantités indiquées sont exactes et les plantes conseillées consommables : elles sont le fruit d’un travail minutieux réalisé en collaboration avec un spécialiste en botanique.

 

FTD : Oui parce qu’effectivement l’usage de certaines plantes pourrait s’avérer très dangereux à la consommation ?

 

BBC : Tout à fait. Beaucoup de gens connaissent le gingembre, mais ne se soucient plus des plantes qui pourtant les entourent et poussent devant leur porte ou dans les champs à proximité. C’est la raison pour laquelle j’ai pris le soin de décrire dans mon livre le maximum d’herbes et de plantes tant pour leurs bienfaits que pour les dangers, qu’elles peuvent représenter. Je ne voudrais tout de même pas que mes lecteurs tombent malades ! Mais jusqu’à présent, tous mes lecteurs sont en bonne santé !

 

 

FTD : En préface de votre ouvrage, il est fait référence à un grimoire que vous auriez retrouvé dans une malle au fond d’un grenier. Est ce vrai ?

 

BBC : Ah oui… Il est vrai que mon livre est construit comme un vieux livre de recettes de grand-mères que l’on aurait retrouvé au fin fond d’un grenier. Mais il n’en a pas été ainsi dans la réalité. De nombreuses recettes me viennent de vieilles dames qui m’ont confié et conseillé les secrets de leurs plats préférés. Quelques-unes des recettes sortent de ma propre imagination. Il n’en reste pas moins qu’il existe un ouvrage en particulier qui inspira bon nombre de grimoires et tout particulièrement le mien : c’est le livre de Hildegard Von Bingen, qui repose aujourd’hui sur les étagères de la Bibliothèque de Dresde. Elle y évoque les recettes médicinales d’antan, les plantes, la santé, et y décrit comment réussir à calmer les âmes excitées des moines et religieux d’autrefois : bref, un trésor pour les sorcières… Bon nombre de savoirs provenant de ce livre ont été transmis de générations de sorcières en générations.

 

FTD : Mais comment les sorcières pouvaient-elles donc connaître l’existence de ce livre ?

 

BBC : Justement, vous n’allez sans doute pas le croire, mais toutes les sorcières ne vivaient pas seules dans des cabanes au milieu des forêts. Certaines étaient très érudites et particulièrement cultivées… Le livre de Hildegard Von Bingen, par ailleurs, n’était pas le seul grimoire du genre. On peut penser par exemple aux secrets du Grand Albert datant de 1755. De nombreuses sorcières se voulaient très intellectuelles.

 

FTD : A votre avis, existe-t-il encore aujourd’hui des sorcières ?

 

BBC : La grande majorité des sorcières vivaient au Moyen-âge. Mais il est clair qu’elles ont toujours existé et existent aujourd’hui encore. Même ici, à Paris. Mais elles restent cachées. J’ajouterai que les sorcières ne sont pas toutes de vieilles femmes répugnantes comme on l’imagine. Pensons par exemple, juste à la Marquise

 

de Montespan précisément. En tant que maîtresse de Louis XIV, elle réussit, avec des recettes parfois infectes, à ensorceler érotiquement le roi. Mon livre contient aussi des recettes de séduction, mais elles sont, en revanche, absolument délicieuses …Il existe plusieurs solutions permettant de rendre un homme plus viril : je voulais juste trouver les ingrédients pour que cela fonctionne réellement.

 

FTD : Et ? cela fonctionne ?

 

BBC : Mais bien sûr ! Les propriétés de certaines plantes ou herbes sont déjà bien connues. On en connaît parfois les effets rien qu’à leur nom : pensons, par exemple, à la pomme de terre rouge Désirée : elle ne s’appelle pas comme cela par hasard. En la mélangeant avec de l’anis, j’ai créé une recette permettant de se rendre désirable.

 

FTD : Ca ressemble à du carpeau et de l’oseille que l’on devrait couper et faire macérer au lever du jour…

 

BBC : Certaines herbes ont en effet une force et des effets différents, selon qu’elles sont coupées au lever du jour ou à la pleine lune. Mais quand on utilise une pomme, des algues et des orties, on est déjà un peu une sorcière. Je pense que les femmes qui achètent ce livre sont déjà en quelque sorte éprises de quelqu’un. Et je crois que de toutes les façons, quand une femme met tout son cœur à cuisiner un plat, s’y trouve déjà une partie de son âme, de sorte que les effets qu’elle espère voir au travers de sa cuisine, fonctionnent à tous les coups.

 

FTD : N’auriez-vous pas une recette magique qui inciterait un patron à augmenter les salaires de ses équipes ?
BBC : Si, mais cela fera l’objet d’un prochain livre…

 

 

 INTERVIEW: BARBARA MARKERT

 

MEINE GEHEIME HEXENKÜCHE von
Brigitte Bulard-Cordeau, Gerstenberg,
232 S., 26 €, www.gerstenberg-verlag.de

 

 

 TRADUCTION: Frédérique Bal-Sadik